04/05/2012

Mai n° 327

Il était une fois un riche marchand qui avait trois fils : les deux premiers étaient intelligents et le troisième, idiot, mais tellement idiot qu’on l’appelait « Manque-de-Chance ». Chaque fois qu’il ouvrait la bouche, il disait une bêtise. Chaque fois qu’il prenait un outil, il faisait un malheur.
    Un beau jour, le marchand réunit ses trois fils et leur dit :
- Maintenant que vous êtes grands, vous devez apprendre le métier. Je vais donner à chacun de vous cent pièces d’or pour acheter des marchandises, et un bateau pour aller les vendre en pays étranger. »
  Le fils aîné achète des fourrures et en remplit son bateau. Le second charge son bateau d’une cargaison de miel. Quant à Manque-de-Chance, il rencontre, avant d’arriver à la ville, une bande d’enfants qui ont attrapé un chat et qui veulent le noyer.
- Ne faites pas ça, donnez-le moi », supplie Manque-de-Chance. Et il offre ses cent pièces d’or en échange du chat.
  De retour à la maison, chacun indique ce qu’il a acheté et les deux aînés se mettent à rire en écoutant Manque-de-Chance.
- N’importe, dit le père, il partira sur mer et il vendra son chat, comme vous, vos marchandises.
  Au bout de trois mois de navigation, les trois fils arrivent sur une île où les souris pullulaient.
  Quand le frère aîné veut vendre ses fourrures au marché, elles sont pleines de trous car les souris les ont rongées pendant la nuit. Les tonneaux de miel sont percés et le miel s’est répandu à terre. Mais à peine arrivé au marché, le chat se met à tuer des souris. Il en tue dix, vingt, cent, c’est un vrai massacre. Les marchands du pays viennent dire à l’idiot :
- Combien vends-tu cette bête merveilleuse ?
- Je ne sais pas, dit Manque-de-Chance. Combien m’en donnez-vous ?
- Nous t’en donnons trois tonneaux d’or.
- Eh bien, c’est entendu !
L’idiot reçoit les trois tonneaux d’or et pour calmer la tristesse de ses frères offre à chacun d’eux un tonneau d’or.

P. Gripari, contes de la Rue Broca

 

14:24 Écrit par Bernard Kersten dans Transparents | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.