27/06/2014

Qu'est-ce qu'une école inclusive ?

Une école inclusive, c’est quoi ?

 

Une école inclusive répond aux composantes et caractéristiques d’une école inclusive définis par Sebba et Ainscow, 1996 (in cours Fopa 2059 Shaik, 2013)

  1. Ce n’est pas une focalisation sur un ou des élèves pour qui le curriculum est adapté, un travail différent ou une assistance supplémentaire est donnée.

  2. Ce n’est pas une manière d’assimiler les élèves à besoins spécifiques aux formes scolaires classiques.

  3. Mais plutôt un processus (et non un état) dans lequel l’école répond aux besoins de tous, avec une emphase sur des pratiques efficaces.

  4. Dans des cas d’enfants avec des déficiences sévères, une « école inclusive » peut également être une « école spécialisée ».

 

Elle répond également aux composantes de Thomazet, 2006, 2008 (in cours Fopa 2059 Shaik, 2013).

  1. L’école de quartier est le lieu d’enseignement pour tous.

  2. L’école répond au besoin de tous.

  3. L’école doit trouver des solutions pour scolariser tous les élèves, de la manière la plus « ordinaire » possible.

     

Toute inclusion dite « responsable » selon Klingner, Vaughn, Schumm, Cohen et Forgan, (1998) in Tremblay (2012) exige les conditions suivantes :

  • Choisir le dispositif en fonction des besoins des élèves.

  • Prévoir le temps de planification et de collaboration entre professionnels.

  • Favoriser la formation continue.

  • Evaluer constamment les interventions.

  • Répartir adéquatement les ressources.

 

Qu’est-ce qu’une école totalement inclusive ? (Tremblay 2012)

  • Tous les élèves, peu importe leurs besoins, sont scolarisés dans l’école qu’ils fréquenteraient s’ils n’avaient aucun besoin spécifique.

  • La proportion naturelle d’élèves à besoins spécifiques qui fréquentent l’établissement reflète les données démographiques de la zone scolaire.

  • L’application en tout temps d’une politique excluant toute forme de rejet fait en sorte qu’aucun élève ne soit exclu à cause du type ou de la gravité de ses besoins.

  • On ne retrouve aucun regroupement d’élèves à besoins spécifiques dans l’école et l’on y applique une politique de placement en classe ordinaire respectant le critère d’âge des élèves.

  • L’emploi de stratégies d’enseignement faisant appel à la coopération (apprentissage coopératif) à l’entraide (enseignement par les pairs) est généralisé au sein de l’école.

  • Les programmes et services spécialisés sont offerts dans le contexte de la classe ordinaire ou dans un environnement non spécialisé. Sailor (1991) in Tremblay (2012)

     

     

     

     

Fondements pédagogiques : Tremblay (2012)

  • Adapter seulement quand c’est nécessaire.

  • Adapter sur des bases individuelles : elle doit porter sur les besoins et non les caractéristiques générales.

  • Voir les adaptations comme temporaires (un étayage à retirer graduellement).

  • Adapter vers la normalité (pas de stigmatisation)

  • Adapter pour la disponibilité de tous (tout le monde en profite)

  • Des pratiques de différenciation

 

Les 10 conditions de l’inclusion : Tremblay (2012):

  • Les valeurs et attitudes (partagées par tous les partenaires)

  • L’engagement collectif (flexibilité et ouverture)

  • Accès et groupement  (groupes hétérogènes)

  • La qualité de l’enseignement (tenir compte des besoins, flexibilité, évaluation formative (enquêter sur les difficultés et les acquis ; donner fréquemment des rétroactions ; ajuster ses stratégies d’enseignement).

  • La différenciation

  • L’adaptation et la modification curriculaire (programmes)

  • L’intervention directe à l’élève (intensive, individualisée, fréquente)

  • La législation et les ressources.

  • La collaboration entre professionnels. (la consultation collaborative, la co-intervention, le coenseignement,..)

  • La formation continue.

     

12:26 Écrit par Bernard Kersten dans Brochure (Renseignements importants) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.